Arnaques, crimes et conteneurs

12 janvier 2023 · La Compagnie Française du Conteneur

Arnaques, crimes et conteneurs : les fraudes sur internet

À l’heure du net, il est de plus en plus difficile de faire la différence entre une bonne affaire et une arnaque.

fraude-internet-arnaque

Voici nos recommandations et les bonnes pratiques à avoir ! 

Acheter un conteneur est toujours un gros investissement.

Un investissement pour sa taille. Installer un coffre-fort d’acier CorTen de quelques tonnes, étanche à l’eau, à l’air et à la lumière, de 3 à 12 mètres de long n’est pas une mince affaire.

Il faut préparer son terrain, l’aplanir et mettre soit une chape de béton, soit des plots avant la livraison.

C’est aussi un investissement mental avec la concrétisation de nouveaux projets. Plus qu’un conteneur, c’est souvent une nouvelle page de son entreprise ou de son plan de vie qui se crée.

C’est enfin un investissement économique. Un conteneur a un coût, qui est fréquemment raisonnable, mais qui ne peut être négligé.

La meilleure comparaison est celle de la voiture d’occasion. On en a besoin, on veut qu’elle ne soit pas trop chère, mais qu’elle remplisse ce pour quoi nous l’avons acheté.

Tout ceci nous invite à la prudence comme tout achat conséquent.

Nous avons tous déjà entendu ces histoires sur des sites comme le Bon Coin, Vinted, Facebook Marketplace ou encore Etsy.

Les moyens déloyaux abondent et les histoires aussi. Nous avons tous une connaissance qui achète un produit et se retrouve avec un objet qui ne correspond pas à l’achat et habituellement avec rien.

Alors quelles sont les signaux d’alerte d'une fraude informatique ?

 

Le premier signal d'une arnaque sur internet est d’avoir une offre beaucoup trop basse par rapport au prix du marché. Souvent, il est agréable de trouver la perle rare qui permettra de lier une qualité souhaitée à un prix bas.

Le plus souvent, le dicton est juste : « C’est trop beau pour être vrai ».

Les containers comme d’autres produits dépendent de l’offre et de la demande avec un prix moyen que le client va retrouver chez toutes les marques.

arnaque-faux-devis-conteneur

 

Pour rappel, 90% des conteneurs viennent de Chine. Avec les conditions économiques, les restrictions sanitaires et une mondialisation mise à mal, le cours a augmenté à travers le monde.

La bonne affaire n’existe malheureusement plus !

Un autre signal d’alerte est que notre interlocuteur insiste pour ne communiquer que par téléphone portable alors qu’il dit représenter une entreprise légitime.

Il sera de mauvaise foi lorsque vous vous plaindrez de ce mode de communication et insistera pour le garder avec un numéro de téléphone à usage unique ou presque.

Si c’est le cas, n’hésitez pas à appeler le numéro de fixe de l’entreprise pour vérifier l’identité du commercial. Si le numéro possède un indicatif étranger alors que la société dit être domiciliée en France, c’est encore un Red flag inquiétant.

Si vous regardez les réseaux sociaux de ces entreprises, vous pourrez rapidement voir un contenu très pauvre et très récent. Une entreprise française sur internet fait attention avec ses réseaux sociaux numériques.

Des comptes de ce type-là sont souvent une alerte d’une tentative de vous soustraire un paiement pour une marchandise inexistante.

Il est également possible que les arnaqueurs aient usurpé plus que la simple identité ; des informations telles que le numéro SIRET, le numéro de la TVA communautaire ou encore le numéro RCS peuvent être données pour rassurer leur cible. Il convient alors de les vérifier sur des sites comme www.societe.com ou encore www.infogreffe.fr.

 

 

Il est fréquent que les informations proposées n’aient pas de lien avec le produit vendu.

Il est par ailleurs possible de voir que les mentions légales ne sont pas écrites de la bonne manière.

 

 

Un autre signal d’alerte est l’absence d’avis sur internet ou sur les différents réseaux sociaux. Ce sont fréquemment des sites montés rapidement pour s’emparer de gains frauduleux en peu de temps avant d’être repérés, et, nous l’espérons, visés par une enquête de police ou de la répression des fraudes (https://www.economie.gouv.fr/dgccrf).

 

 

Si les interactions n’ont pas toujours lieu par téléphone, il est désormais courant de converser par mail. Or les adresses utilisées sont souvent celles de comptes Gmail ou Outlook. Ces adresses sont celles qu’utilisent le grand public et non les professionnels.

Un commercial possèdera une adresse avec le nom de son entreprise et un « .com », « .fr » voire « .biz » comme dans cet exemple : commercial@entreprise_de_conteneur.fr. Méfiez-vous de ces adresses autres, au meilleur des cas, cela montre l’amateurisme de votre interlocuteur avec les difficultés inhérentes.

 

Il est hélas courant que ces faussaires prennent les méthodes de l’hameçonnage (phishing) : ils vont alors tenter d’imiter les adresses de sociétés légitimes.

L’adresse électronique paraît identique, mais possède des fautes de frappe ? Le nom de la société possède un suffixe supplémentaire ? Là encore, l’oreille doit se dresser et le niveau de méfiance augmenter. N’accordez pas votre confiance trop vite face à ces subterfuges ! Les faux sites abondent sur la toile désormais.

Vous courrez toujours le risque en répondant à ce type de démarchages de vous voir voler des données personnelles sensibles comme votre identité électronique. Cette usurpation d'identité peut avoir de graves conséquences si vous n'êtes pas prudent.

Ne passez pas à côté de signes inquiétants lors d’une transaction !

 

Si la situation dépeinte peut sembler très sombre, c’est qu’elle correspond à une réalité avec un nombre d’attaques criminelle en augmentation sur internet.

Il y a quelque temps encore, c’est un hôpital qui a été pris en otage par des cybercriminels. L’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) a indiqué que 11 % des cyberattaques ont visé des hôpitaux et 20 % des collectivités territoriales.

 

Les deux tiers restants étaient des attaques c qui ciblaient des entreprises classiques. La plupart de ces sociétés étaient des TPE PME, ce qui les rend sensibles aux tentatives de fraude et en font des cibles de choix.

 

usurpation-identité-internet

 

Ne les laissez pas s'en prendre à vous avec ces artifices. Une erreur peut vous coûter cher une fois votre carte bancaire ou vos coordonnées bancaires sur le Dark Net.

Devenez acteur de votre protection par le biais de cette alerte et n’hésitez pas à rentrer en contact avec la Compagnie Française du Conteneur en cas de doute sur une annonce ou une offre.

Par ailleurs, il existe de nombreuses aides pour vous prémunir de ces arnaques au faux.

Nous vous donnons des ressources supplémentaires comme :

 

 

 

 

  • ScamAdviser.com est un site qui repère les arnaques possibles.
  • Web of Trust est une extension pour Chrome en anglais qui cible les sites frauduleux.

  • Decodex.com regarde la fiabilité des informations fournies sur un site ; c’est un site sœur du journal Le Monde.

 

Enfin, en cas de fraude à la loi commise à votre égard, n'hésitez pas à contacter le procureur de la République pour déclarer votre dommage ou sur le site de la police pour une plainte en ligne.